CALCULER SA TAILLE DE VELO

Choisir son vélo selon son utilisation et son niveau, Guide des tailles vélo

Choisissez votre thème…

Choisir son futur vélo est en fait, assez simple. Il va falloir déterminer quel type de terrain vous souhaitez afin de choisir le matériel le plus adapté à celui-ci :
- Terrain type route/asphalte : Vous devrez choisir entre un vélo de route ou un vélo de trekking (randonnée) selon l’usage que vous en ferez. Il a de grandes roues avec des pneus très fin pour permettre d’aller vite sur la route.
On place également le vélo pliant dans cette catégorie car il est généralement muni de pneu à profil lisse.
- Terrain type chemin/forêt : Vous devrez choisir un vélo tout terrain (VTT). Ses pneus larges et cramponnées vous permettront d’aller où bon vous semble.
Pour ces deux premiers terrains vous trouverez également le tandem, le vélo à deux places, qui peut avoir des roues routes ou tous terrains.
- Terrain type skate-park : Votre fidèle monture sera le BMX à coup sûr ! Sa forme ramassée et sa grande maniabilité en font une arme redoutable pour les modules d’un park.

Il existe, sur le marché, beaucoup de système de freinage pour les vélos. Sur SportAdvice, nous avons gardé les 3 principaux, que nous vous expliquons en détail :
- Les freins à patins : Les freins à patins sont très répandus. Il existe plusieurs types de freins à patins où la mâchoire de frein diffère d’un modèle à l’autre, où le système (câble, hydraulique) diffère d’un modèle à l’autre…
Le système reste néanmoins toujours le même : Par l’exercice d’une pression sur le levier de frein, deux patins en caoutchouc viennent serrer la jante du vélo afin de freiner la roue.
Il faudra penser à surveiller l’usure des patins, et les changer lorsqu’il sont trop usés.
- Les freins à disques : On retrouve, comme pour les freins à patins, plusieurs système mais le fonctionnement reste le même à chaque fois. Ce système marche comme sur celui d’une voiture. Un disque est placé sur le même moyeu que la roue du vélo, et les plaquettes à l’intérieur de l’étrier, viennent serrer le disque afin de freiner la roue complète.
Il faudra penser à surveiller l’usure des plaquettes et des disques, et de les remplacer le moment venu.

Quel type de freins choisir alors ? Vous n’aurez, en fait, pas le choix puisque les freins sont montés d’origine sur les vélos. Mais pour deux modèles identiques avec deux systèmes de frein différents, n’oubliez pas :
• Les freins à disques ne craignent ni l’eau, ni la boue. Ils freinent plus ou moins toujours pareil et fort.
• Les freins à patins sont moins violents que les disques. Ils ne permettent en général pas de bloquer la roue immédiatement, ce qui peut s’avérer utile selon le contexte dans lequel vous vous trouvez pour ne pas chuter.

Ce qu’il faut savoir avant de choisir sa taille de roue pour le futur achat de votre vélo, c’est que vous ne pourrez pas en changer ? En effet, chaque taille de roue est associée à son cadre.
Il existe beaucoup de tailles de roues. Néanmoins, les tailles de roues de vélo de route, de trekking, de bmx, etc…, sont souvent standard et identiques. Nous développerons ici les trois tailles principales que l’on peut choisir pour son VTT :
- Le vélo 26’’ : Le 26’’ était il y encore quelques temps, la taille de roue préférée pour les VTT. Il est maintenant laissé peu à peu à l’abandon sauf pour les VTC (Velo Tout Chemin), les VTT pour les enfants qui cherchent une alternative entre le 24’’ et le 27.5’’, et les adultes de petites tailles qui cherchent un vélo maniable.
Un vélo très bien adapté aux personnes mesurant moins de 1.65m.
- Le vélo 27.5’’ : C’est la nouvelle taille universelle des VTT. C’est le compromis parfait entre le 26’’ et le 29’’. Il va permettre aux utilisateurs d’avoir un maximum de plaisir dans leur sortie VTT. Les roues permettent un bon pouvoir de franchissement et de soulager le vététiste dans les relances.
Un vélo très bien adapté aux personnes mesurant moins de 1.80m.
- Le vélo 29’’ : Une taille de roue qui s’est beaucoup développé depuis quelques années. L’avantage de cette taille est son pouvoir de vitesse dans les terrains roulant. Plus grande roue signifie, à braquet égal, plus de vitesse. Les débutants l’apprécient beaucoup de par son confort et sa stabilité. Autre avantage, il ne cabre presque jamais, même dans les fortes pentes.
Un vélo adapté aux personnes mesurant plus de 1.75m.

Pour tous les vélos, vous aurez le choix entre trois types de suspensions :
- Les vélos rigides (démunis de suspensions) : Des vélos qui ne font qu’un avec la route pour transmettre tout l’effort vers la pédale afin de rouler vite.
- Les vélos semi rigides (une suspension à l’avant) : Des vélos conçus pour rouler tout en absorbant quelques chocs avec la roue avant. Choisir un débattement plus ou moins grand selon le type de terrain à aborder.
- Les vélos tout suspendu (une suspension à l’avant, une suspension à l’arrière) : Les vélos prêts à en découdre avec les éléments. Ils sont taillés pour résister à tous les terrains, même les plus escarpés.

Il faut bien distinguer les deux types de suspensions d’un vélo :
- La fourche : C’est la suspension de la roue avant du vélo. Le débattement de la fourche varie en fonction de l’utilisation du matériel :
   • Descente/Freeride : Débattement de fourche supérieur à 160mm.
   • Enduro : Débattement de fourche compris entre 120 et 160mm.
   • All Mountain : Débattement de fourche compris entre 80 et 120mm.
   • VTC : Débattement très léger, inférieur à 80mm.
- L’amortisseur : C’est la suspension pour l’arrière du vélo. Vous avez le choix entre des amortisseurs à air et à ressort hélicoïdal, la plupart du temps. Vous ne pourrez le remplacer que par celui monté d’origine sur votre vélo, car sa longueur, son diamètre, et son type de fixation sont trois facteurs déterminants qui empêche de le remplacer pour un autre modèle.

Entretenir son vélo est très important pour éviter une usure prématurée de certaines pièces, et aussi, parce qu’il est plus agréable de repartir en balade avec un vélo propre et entretenu !
Après chaque sortie, il faut laver le vélo ! Nettoyer le avec un jet d’eau pas trop puissant, et n’hésitez pas frotter avec une éponge ou une brosse douce.
Ensuite, il faut attendre qu’il soit sec pour pouvoir lubrifier la chaine et le dérailleur. Lors du lavage, le lubrifiant est chassé de ces composants, il est donc impératif d’en remettre après chaque lavage. Bien sûr, si votre vélo n’est pas sale, il sera important de lubrifier ces composants quand même !
Cela parait pourtant simple, mais une sortie en vélo doit se terminer par un lavage.

L’entretien d’usure est le fait de remplacer les pièces qui sont trop usées pour continuer à rouler. On en retrouve plusieurs :
- Les freins : Si vous avez des freins à patins, vérifiez l’usure des caoutchoucs des patins et remplacez-les lorsqu’ils deviennent trop mince. Si vous avez des freins à disques, vérifiez l’usure des plaquettes de freins qui sont à changer régulièrement. Le disque sera, lui, à changer moins fréquemment.
Ne pas vérifier l’usure des freins peut entrainer de lourdes détériorations d’autres composants (jantes, étriers, etc…)
- Les pneus : L’usure des pneus est très facile à constater, simplement visuellement. Il faut veiller à remplacer les pneus usés pour votre propre sécurité… Pour éviter la perte d’adhérence, ou encore la crevaison.
Un pneu usé aura un aspect plus lisse qu’à l’origine, et aura perdu en hauteur de caoutchouc.
- La chaîne : La chaîne de votre vélo s’use petit à petit. Il est important de la changer régulièrement pour ne pas qu’elle attaque les pignons de vitesses et plateaux trop prématurément.

Après une bonne saison de vélo, il est important de faire une grosse révision.
Vous devrez pour ça :
- Démonter toutes les vis de fixations, les lubrifier et les resserrer.
- Démonter vos roues pour vérifier la bonne tension des rayons et pour dévoiler la roue si besoin.
- Vidanger et changer les joints des suspensions qui ont souffert pendant toute cette période.
Nous vous conseillons de faire faire cet entretien chez le professionnel le plus proche de chez vous.

Une entreprise sud-coréenne va bientôt lancer Ahead sur Kickstarter, un dispositif permettant de connecter n’importe quel casque de vélo. Le concept, prometteur, pourrait cependant être impossible à utiliser en France où la législation interdit l’usage d’un appareil de communication en conduisant.

Le dispositif de communication “Ahead”, créé par l’entreprise sud-coréenne Analogue Plus refait parler de lui. Il devrait en effet être bientôt lancé sur Kickstarter pour obtenir des financements. Son concept est simple. Ahead se fixe sur n’importe quel casque et permet grâce à la technologie Bluetooth de multiples actions. Parmi celles-ci, on trouve bien entendu téléphoner mais aussi écouter de la musique ou utiliser un service de GPS.
Facile à installer, il intègre micro et écouteurs. Pas besoin donc de prévoir du matériel supplémentaire. La technologie est basée sur les vibrations. Grâce à un oscillateur, les sons sont transformés en vibrations. Ils redeviennent ensuite des sons une fois le casque passé. L’entreprise imagine même un concept d’audioconférences permettant par exemple à un groupe de cyclistes de communiquer entre eux. Une technologie intégrée de réduction de bruit permet d’écouter confortablement sans être perturbés par les bruits extérieurs. Mais, puisqu’il ne couvre pas les oreilles, il serait possible de rester attentifs à l’environnement extérieur.
A noter que pour l’instant en France, Analogue Plus pourrait bien être interdit. En effet, jusqu’à 2015, tenir son téléphone à la main était la seule infraction punissable d’une amende de 135 € (sans perte de points sur votre permis de conduire) pour les cyclistes. Mais le passage d’une nouvelle mesure depuis le 1er juillet 2015 interdit l’usage d’une oreillette ou d’un dispositif susceptible d’émettre du son à l’oreille que l’on soit à vélo ou en voiture.

Affaire à suivre…

Les casques de vélo connectés

Vous utilisez souvent votre vélo et vous avez peur de vous faire renverser par une voiture la nuit ? Eclipse+ de l’entreprise Revolights est une révolution en matière de sécurité à vélo.
Révolights part d’une idée très innovante. Elle fait évoluer les projecteurs fixés au guidon et les catadioptres qui sont presque inutiles. Le dispositif Eclipse+ s’installe sur les jantes des vélos et est composé de 24 LED par roue dont 8 restent allumées en simultané. Les lumières sont intégrées sur des anneaux qui s’installent par deux sur chaque roue grâce à 4 attaches. Cela fait, vous possédez un éclairage et une visibilité à 360°. Les automobilistes ne pourront pas vous ignorer.
Eclipse+ vous éclaire devant, derrière, à gauche et à droite. La lumière dirigée vers l’avant de votre vélo éclaire la route et les objets en hauteurs comme les panneaux de signalisation. Évidemment, le dispositif est pensé pour ne pas éblouir les conducteurs venant en sens inverse. Il ne gênera pas non plus son utilisateur puisque le poids est de seulement 348 grammes par roue.
Regardez la vidéo pour tout comprendre.
Lisez cet article pour obtenir toutes les infos.

les roues de vélo éclairantes

La hauteur de selle est très simple à régler. Il faut tout simplement la monter jusqu’à ce que votre jambe soit quasi-tendu quand la pédale est à son point le plus bas. C’est comme ceci que vous aurez le plus de force de pédalage.

Choisir entre des pédales plates ou des pédales automatiques n’est pas une mince affaire.

D’un côté, vous avez les pédales plates :
Avantages :
- Le confort : Vos pieds sont libres et vous pouvez donc les retirer plus rapidement en cas de problème.
- Le pratique : Elles sont faciles à prendre en main (en pieds ?)
- L’économique : Elles sont généralement moins cher, et en plus vous pouvez les utiliser avec n’importe quelles chaussures.
- Le réglage : Pas besoin de régler quoi que ce soit sur ces pédales.
Inconvénients :
- Le rendement : Vous ne pouvez travailler qu’en poussé sur vos pédales.
- Le maintien : Dans les terrains ou les vibrations sont fortes (sauts, pierrier, piste de descente), vous pouvez glisser des pédales. Les retours de pédales dans le mollet sont également à citer…
- Le poids : Elles sont généralement plus lourdes que les pédales automatiques.

De l’autre côté, les pédales automatiques :
Avantages :
- Le rendement : Vous travaillez en poussé et en tiré, avec vos deux jambes simultanément.
- La sécurité : Vous restez accroché au vélo dans toutes les circonstances.
- Le poids : Les pédales sont légères.
Inconvénients :
- L’économique : Pour vous équiper, vous devrez acheter des pédales, des chaussures et changer les cales sous les chaussures lorsqu’elles seront usées.
- Le commencement : Le temps que vous vous adaptiez au matériel (d’une semaine à un mois), vous allez forcément chuter quelques fois (souvent à l’arrêt).
- Le physique : Le travail musculaire à fournir est beaucoup plus complet que pour des pédales plates, augmentant le risque de tendinites si les cales sont mal réglées.

A vous de choisir !

Une question ?

Un expert vous répond